Bébé sur les réseaux sociaux ?

1 – Les réseaux sociaux c’est quoi ?

On considère comme réseaux sociaux les sites internet qui permettent d’avoir un réseau d’amis/connaissances (professionnels ou non) en ligne et de communiquer avec eux.
Voici quelques exemples, utilisés couramment dans notre entourage :

Facebook : permet de rester en contact et d’échanger des informations avec la famille, des amis, des collègues de travail, des clients, etc accessible à toutes les tranches d’âge à partir de 13 ans. (enfin « officiellement » 13 ans)

Instagram : application sur smartphone de partage de photos. Chaque utilisateur possède une sorte de mur, une page personnelle Instagram, où s’affiche l’ensemble de ses photos prises ou modifiées via l’application. Les autres utilisateurs d’Instagram peuvent alors laisser des commentaires ou signaler qu’ils aiment la photo. Comme pour Facebook, il est possible de rendre sa page accessible à tous les utilisateurs de l’application ou uniquement à sa liste d’amis, appelés abonnés.

Snapchat : application sur smartphone qui permet d’envoyer des photos, des vidéos et du texte à ses contacts présents sur l’app. Les messages s’autodétruisent après quelques secondes et ne sont pas stockés (soi-disant… si les messages s’autodétruisent, cela ne veut pas dire qu’il n’est pas possible de faire des captures d’écran ou que l’éditeur de Snapchat ne stocke pas les données quelque part sur des serveurs)

 

 

2- Pourquoi on ne veut pas voir des photos de Jules sur les réseaux sociaux ?

 

Les photos peuvent être partagées, repartagées, commentées par des personnes plus ou moins proches. Les paramètres de confidentialité des différents sites/réseaux changent souvent. On ne contrôle rien et c’est justement ça qui nous inquiète. Il n’y a pas de garantie à long terme sur la confidentialité des données des sites.
Imaginez l’ensemble de vos albums photos de votre naissance à aujourd’hui, les moments embarrassants y compris, en ligne et visible par n’importe qui sur les réseaux sociaux…

De plus, certains sites réutilisent les photos dans un cadre commercial (Koppie Koppie qui pique des photos pour vendre ses trucs par exemple).
Et oui ! C’est bien joli de partager une photo parce-qu’on a envie de montrer notre magnifique petit bout’chou à tout le monde, mais gardez en tête qu’à partir du moment où vous téléchargez cette image sur un site, presque 1 fois sur 2, les droits sont cédés.

On ne veut pas priver Jules de la possibilité de rester anonyme. En publiant ces photos, on l’obligerait à devenir visible.
Impensable pour nous de lui créer dès sa naissance, sans lui demander son avis, une empreinte numérique. Encore plus à l’heure ou les frontières de nos vies privées s’amincissent toujours plus (avec le concours de gens ou d’organismes pas forcément bien intentionnés).
Nous n’avons pas envie qu’il traîne des casseroles numériques à vie (sachez qu’il est très difficile, pour ne pas dire impossible, d’effacer une trace sur internet).

Et dans la série « flippant » : Sur Instagram, des photos de bébés ont été dupliquées et utilisées par d’autres personnes qui les ont publié à leur tour pour s’inventer une vie avec le bébé d’une autre.

Donc, au risque de nous répéter, n’importe quelle publication sur Internet (réseaux sociaux, plateformes d’échange de photos, cloud, mails, …) doit être considérée comme publique, alors s’il vous plaît, ne diffusez aucune photo de notre (futur) petit bébé sur les réseaux sociaux, blogs, etc.

Didav

2 Comments

  1. Tout à fait d’accord.

    Je rajouterai que pour enseigner à son enfant l’importance du consentement (quelque soit le contexte) et du droit à l’image, commencer par ne pas poster de photo de lui/elle sur internet sans son autorisation me paraît être un bon début.

    • Exactement ! Et aussi expliquer que si l’enfant trouve une photo de lui sur le net, pour laquelle il n’a pas donné son accord (ou ses parents), ce n’est pas normal (j’écris ça en pensant aux parents des copains/copines et/ou membres de la famille).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *